Archives de catégorie : Articles de Brigitte Raimbault

Renouvellement de la convention sur les médiateurs citoyenneté-prévention

Intervention de Brigitte Raimbault lors du conseil municipal du 3 avril 2017

En résumé : Nous sommes favorables au dispositif des médiateurs mais nous considérons que le recrutement des personnes qui interviennent et le financement du dispositif doivent être repensés. Continuer la lecture

Baisse des subventions aux centres socioculturels

Intervention de Brigitte Raimbault lors du conseil municipal du 6 février 2017

L’avenant que vous proposez à la convention avec les deux centres socioculturels de la commune présente l’avantage de leur donner de la visibilité sur le montant des subventions qu’ils recevront dans les 4 ans qui viennent.

Cependant, les montants de ces subventions sont très nettement inférieurs à ceux versés les années précédentes. Bien sûr les directions des deux associations s’engagent à dégager des économies grâce à une gestion rigoureuse. Mais à la Bugallière la baisse de 40 000 € de la subvention ne sera absorbée en 2017 que parce qu’un licenciement a été décidé l’été dernier et qu’un emploi d’avenir ne sera pas reconduit.

Or nous craignons que d’autres décisions difficiles soient nécessaires les prochaines années, avec une diminution des activités proposées. En effet, en proposant une subvention constante sur les 4 prochaines années, vous réduisez en réalité les marges de manœuvre des centres socio-culturels car, comme vous le constatez vous mêmes avec les frais de personnels, les charges qu’ils auront à payer vont progressivement augmenter. Vu l’importance cruciale de l’action sociale menée par ces associations, nous pensons que la programmation pluriannuelle des subventions devrait prendre en compte cette augmentation des charges.  C’est pourquoi nous nous voterons contre.

(La majorité répond que les conventions ont été discutées avec les centres socio-culturels. Nous ne le contestons pas, mais cela n’empêche pas d’affirmer que des difficultés budgétaires sont à prévoir dans les prochaines années)

Gestion partagée de demandes de logement social

Intervention de Brigitte Raimbault lors du conseil municipal du 6 février 2017

Nous saluons ce dispositif de gestion partagée des demandes de logement social et le fait que la Ville s’y engage pleinement : Il permettra aux personnes qui déposent un dossier de comprendre au mieux les différentes étapes et les différentes infos qui leur sont délivrées. Quant on sait qu’aujourd’hui le délai pour avoir une réponse est de 18 mois, on mesure combien équité et efficacité sont des  valeurs importantes dans le processus d’attribution du logement social. Nous voterons pour.

Rapport d’activité du CCAS : enfin !

Intervention de Brigitte Raimbault lors du conseil municipal du 6 février 2017

Nous nous félicitons (après l’avoir demandé de nombreuses fois) d’avoir trouvé dans les dossiers de ce conseil municipal, le rapport d’activités de la Direction de la Cohésion Sociale. A chacun d’en  prendre connaissance, on y parle de solidarité de citoyenneté de prévention et de nos ainés. Ce rapport date de 2015 : nous formons le vœu  que le rapport 2016 soit diffusé avant la fin du semestre pour une lecture « plus rapprochée » de l’action menée dans le secteur social.

Conséquences du retard d’ouverture de l’épicerie solidaire

Intervention de Brigitte Raimbault lors du conseil municipal du 12 décembre 2016

Brigitte-Raimbault-2014Nous voterons pour cette délibération concernant les quotients familiaux utilisés notamment pour les aides apportés par le CCAS aux plus petits revenus. L’aide alimentaire fait partie de ces aides, et nous l’avions exprimé ici : nous sommes vigilants sur l’évolution de ce dispositif à travers le projet d’Épicerie Sociale et Solidaire

Lors du Conseil Municipal de Mars dernier, nous avons voté ensemble pour approuver le début des travaux et leurs modalités de financement dans les locaux de l’ex mairie annexe. Dans son argumentaire, la délibération présentait le projet et affirmait : « Les travaux engagés doivent permettre l’ouverture de l’épicerie sociale et solidaire au plus tard le 15 novembre 2016. »

Comment justifier qu’elle ne soit pas ouverte à ce jour ?
Ce retard est d’autant plus préjudiciable que dans la perspective de cette ouverture, la distribution des colis alimentaires a été supprimée depuis la rentrée. Cette transition nous semble avoir été mal anticipée.
Quelle réponse est donnée à l’Urgence aujourd’hui ? De récents articles dans la presse montrent combien les associations sont submergées par les demandes d’aide, Orvault ne peut être à l’abri de cette situation.

Toujours pas de bilan de l’activité du CCAS !

Intervention de Brigitte Raimbault lors du conseil municipal du 12 décembre 2016

Brigitte-Raimbault-2014Nous apportons notre vote à cet acte de solidarité vers la population d’Haiti qui souffre encore une fois terriblement. Au détour de cette délibération, nous entendons parler du CCAS et de la subvention que lui verse la Ville.

Nous redisons notre incompréhension que vous ne nous présentiez toujours pas le bilan de l’action du CCAS en conseil municipal. Cette demande a déjà été formulée à deux reprises…
Dans vos réponses, à chaque fois, vous en étiez d’accord : Il est important que l’ensemble de cette assemblée soit informée des choix et des grandes actions d’un outil comme l’est le CCAS dans la mise en œuvre d’une politique sociale.

Mais on peut penser que nous sommes plus nombreux autour de cette table à connaitre le bilan du haut niveau amateur sportif ou le règlement de location des salles plutôt que le bilan des subventions accordées aux associations qui œuvrent dans le social, et le budget d’un service plébiscité par les Orvaltais comme le SSIAD… dommage… vraiment dommage !

Tarification Sociale de l’eau

Intervention de Brigitte Raimbault au conseil municipal du 13 juin 2016

Brigitte-Raimbault-2014En résumé : Nous soutenons l’expérimentation de Nantes Métropole pour une tarification sociale de l’eau. Cette aide financière s’adresse à tous les ménages des 24 communes de Nantes Métropole dont la facture d’eau raisonnée ( référence de 30 m3 par personne/an) dépasse 3% de ses revenus. Nous proposons d’engager une réflexion pour une tarification progressive associée à cette tarification sociale. Continuer la lecture

Gestion Urbaine et Sociale de proximité du quartier de Plaisance

Intervention de Brigitte Raimbault au conseil municipal du 13 juin 2016

Brigitte-Raimbault-2014En résumé : Plaisance figure parmi les quartiers prioritaires de la Politique de la Ville qui doivent être couverts par une démarche de GUSP. Cette délibération décrit la représentation de la ville au sein de cette instance. Après un premier refus du Maire, nous obtenons une place pour un élu de la minorité.

Nous nous réjouissons de voir la présence d’un élu de la minorité à vos cotés dans l’instance de la GUSP. Nous avions déjà formulé cette demande en février 2015 pour Lionel Audion, l’élu qui siège au Conseil de quartier Ferrière Plaisance Bois St Louis. Notre démarche n’avait alors pas été couronnée de succès.
Nos 2 groupes vous présentent à nouveau Lionel Audion pour le vote de ce soir.

Mission Citoyenne à Plaisance

Intervention de Brigitte Raimbault au conseil municipal du 13 juin 2016

Brigitte-Raimbault-2014En résumé: nous soutenons le parcours d’insertion proposé par la Ville en partenariat avec l’UHP ( Union des Habitants de Plaisance), le Bailleur et la Mission Locale. Ce projet cible les jeunes âgés de 16 à 25 ans en rupture de scolarité ( 3 jeunes par an).

A l’instar du journal Ouest France de samedi dernier qui titrait : «Plaisance un quartier en mouvement », nous sommes, comme élus, attentifs à la vie et aux projets de ce quartier quand ils viennent construire du lien, de la solidarité et de la citoyenneté. Aussi nous soutenons ce parcours de «mission citoyenne » en direction des jeunes de ce quartier.

A propos du projet d’Épicerie Sociale et Solidaire…

Intervention de Brigitte Raimbault au conseil municipal du 29 mars 2016

Brigitte-Raimbault-2014En résumé: Au delà de la réponse à l’urgence alimentaire quel accompagnement social peut on promouvoir dans une épicerie sociale et solidaire?

Nous sommes favorables et voterons pour cette délibération mais nous sommes aussi vigilants devant ce projet d’Épicerie Sociale et Solidaire qui appelle de notre part deux remarques.

Continuer la lecture

Convention avec le Centre de Soins Infirmiers

Intervention de Brigitte Raimbault lors du Conseil Municipal du 14 Décembre 2015

Brigitte-Raimbault-2014Votre exposé fait apparaitre combien le centre de soins infirmiers est complémentaire aujourd’hui de l’offre de soins sur Orvault. L’ensemble de ses missions et plus particulièrement l’accès aux soins à tous, par la pratique du tiers payant et les actions d’éducation à la santé sont reconnus par les Orvaltais . Néanmoins la convention de partenariat que vous proposez, fait apparaitre un changement : la prise en charge des fluides par le CSI (ce qui représente 1800 euros l’année pour 5300 euros de subvention). Ainsi, alors que vous prétendez maintenir la subvention, cette modification correspond de fait à une baisse de cette subvention qui leur est octroyée et un facteur supplémentaire de fragilité pour une association. Nous le regrettons et nous voterons contre cette délibération .

Mise en place du CLIC

Intervention de Brigitte Raimbault lors du Conseil municipal du 14 Décembre 2015

Brigitte-Raimbault-2014Si nous avons bien entendu un des objectifs de ce nouveau CLIC , « améliorer la qualité du service rendu en renforçant la proximité entre le CLIC et les usagers », nous formulons un regret et posons une question.

Le regret , c’est celui pour tous les seniors , de ne voir ouvert ce service qu’à compter du 15 février 2016 et de penser que cette absence de continuité pourrait être dommageable pour certains usagers.

La question c’est celle des membres d’association à qui vous aviez permis, Mr le Maire, de participer dans l’ancienne formule du CLIC, à une instance de concertation appelé le comité de suivi. La question du vieillissement dans nos territoires est assurément un enjeu qui mérite d’y impliquer les compétences des seniors porteurs d’idées et de projets : Cette instance sera-t-elle renouvelée ? Ni l’exposé ni la convention ne semblent l’avoir prévu.

Nous nous abstiendrons sur cette délibération

Si on parlait du CCAS ?

Intervention de Brigitte Raimbault lors du Conseil Municipal du 14 Décembre 2015

Brigitte-Raimbault-2014Je saisis cette délibération qui fait écho aux aides du CCAS, pour renouveler la question que nous avions posée il y a maintenant un an lors du conseil municipal de décembre 2014 : « Comment le CCAS peut il rendre compte de son action ? »

Vous aviez alors, Monsieur le Maire, reconnu la pertinence de cette question. Je vous cite : « Ce serait bien que le CCAS fasse un rapport annuel d’activité comme on le faisait autrefois». Et Pierre Gadé que je cite également avait ajouté : « Il est important que l’ensemble du conseil municipal soit informé des grandes actions , de l’organisation et des actions quotidiennes mises en œuvre pour aider les plus démunis et les bénéficiaires du CCAS. Il est important de souligner que nous avons des poches de pauvreté sur la commune».

Quand verrons nous se concrétiser ce vœu ? A l’aube de 2016 c’est la bonne période pour en formuler.

Abattage de 60 arbres sur l’avenue Charles de Gaulle sans concertation ni explication !

Communiqué de presse des élus écologistes et citoyens du 29 septembre 2015

avenue charles de gaulle sept2015Les habitants de l’avenue Charles de Gaulle et des rues adjacentes ont reçu en fin de semaine dernière un courrier de Nantes métropole et de la Ville d’Orvault les informant de travaux qui auront lieu dans leur rue dès jeudi prochain 1er octobre.

Certes, la réfection des trottoirs a été évoquée en conseil de quartier. Cependant, plusieurs de ces habitants se sont émus d’apprendre seulement par ce courrier l’abattage de 60 arbres qui ornent l’avenue en raison des racines qui déforment le trottoir. Ils s’étonnent, et nous également, que cette décision radicale, touchant à un élément emblématique de leur avenue, n’ait pas fait l’objet d’un temps de concertation et d’explication.

L’accessibilité à tous des trottoirs est un objectif largement partagé mais une réflexion concertée avec les habitants aurait peut-être permis de proposer des solutions alternatives.

Armelle Chabirand, Jean-Sébastien Guitton, Brigitte Raimbault et Lionel Audion